10 lignes à la fois : laboratoire d'écriture

Blog littéraire de Sylvain lasju (illiarias)

09 août 2008

Surprise 2

Une suite au précédent texte (comme quoi tout peut arriver). Et un nouvel indice visuel concernant l'île mystère :

ile2

Le vent gonflait la grand voile par saccades, comme s'il hésitait à faire avancer le bateau. Le gouvernail rouillé grinçait à chaque manoeuvre. Le trampoline tanguait, comme s'il essayet d'éjecter ses deux occupants. L'enfant était assis à l'avant du catamaran, le mat entre les jambes, les pieds pendant au dessus de l'eau. C'était l'endroit qu'il préférait, parce qu'il ne reposait presque pas sur la toile du trampoline et qu'il pouvait s'agripper au mat. En dessous de lui, l'eau défilait. Bleue nuit, presque noire, insondable, la mer ne lui avait jamais paru si profonde. Il n'osait jamais contempler ce spectacle très longtemps. Il se retourna en plissant ses paupières.

Son père était à l'arrière. Le regard azur perdu dans le lointain, une main tenant fermement le stic, une autre s'accrochant au hauban tribord. Il se tenait en tailleur, au bord du trampoline et un sourire indescriptible illuminait son visage. L'enfant ne l'avait jamais vu ainsi. Si heureux.

Cette surprise, ce n'était pas pour lui, finalement, mais pour son père.

_ Ça  va ? demanda l'adulte.

_ T'es sûr que c'est solide ?

_ Sûr de sûr. Je l'ai testé avant que t'arrives. Allez, on vire de bord. Baisse-toi.

Par la force de l'habitude, il courba l'échine, risquant ainsi un nouveau regard en dessous de lui. L'eau était encore plus menaçante que quelques secondes avant, encore plus foncée. Mais... c'était une ombre, une silhouette énorme qui venait d'apparaître !! Il se releva d'instinct et heurta la bôme qui l'envoya à rouler jusque dans l'eau.

Au moment où il plongea dans la mer, une terreur panique l'envahit. Il était persuadé d'avoir aperçu un monstre marin... alors que ce n'était que l'ombre d'un nuage.

A suivre ??

Posté par caleo à 15:11 - écriture spontannée - Ca sert plus à rien de cliquer ici !!! [0] - Permalien [#]

premières réactions

Maintenant, c'est à vous de vous lâcher :