10 lignes à la fois : laboratoire d'écriture

Blog littéraire de Sylvain lasju (illiarias)

12 octobre 2008

Vivant

Un texte très spontanné, vaguement inspiré par l'univers que je construis dans "l'homme qui rebondit". A lire en écoutant un album de Da Silva.

Baisse la tête. Un peu plus. Regarde tes pieds. Maintenant, tends tes bras. Non, pas vers l'avant, sur le côté. A l'horizontale. Les doigts bien tendus, légèrement écartés. Le pouce à l'angle droits par rapport aux autres doigts. Plie un peu les genoux, fais le dos rond. Abaisse ton centre de gravité. Au maximum. Tu peux écarter les pieds pour plus de stabilité. Descend encore un peu. Encore...

images

Voilà. Commence à avancer, maintenant, sans bouger les bras, sans lever la tête, sans te redresser. Ne regarde pas où tu vas, fais-moi confiance. Tu es dans une plaine d'été. L'herbe craque sous tes pieds. Le soleil te chauffe les épaules. Essaie d'aller plus vite. Cours. Fends l'air, laisse vibrer tes doigts, sens l'air s'engouffrer dans ton col ouvert, grise-toi du défilement du sol. Ris, relâche ta gorge, halète, vis, pleure si tu veux. Cours, cours, cours à perdre conscience, à oublier le monde, à devenir vent, à en mourir, à en renaître, à brûler tes muscles, à perdre l'équilibre, à tomber et à rouler, te relever et repartir, les yeux brumeux et la langue pâteuse.

Calme-toi maintenant. Marche, lentement, régulièrement, posément. Laisse ton pouls redescendre, ta respiration retrouver son sa cadence, ton organisme se rasséréner. Laisse l'air envahir tes poumons, insuffler la vie à tes muscles endoloris, repeupler tes cellules malmenées. Puis, très doucement, lève la tête. Cambre-toi. Contemple le monde qui bouge, qui tourne, qui palpite. Abreuve-toi de sa beauté, de sa variété, de toutes ces couleurs que tu avais oubliées. Ramène tes bras le long du corps, balance-les d'arrière en avant. Sens le sang y circuler. Sens les muscles se décontracter. Voilà. Tu peux t'arrêter.

Respire profondément.

Tu es vivant.

Posté par caleo à 18:08 - blabla - Ca sert plus à rien de cliquer ici !!! [0] - Permalien [#]

premières réactions

Maintenant, c'est à vous de vous lâcher :